Le poêle à granules de bois et à maïs

0

Le poêle à granules de bois

Du point de vue efficacité, le poêle à granules est supérieur au poêle à bois puisqu’il transforme 80 % du combustible en chaleur. De plus, il émet moins de particules polluantes dans l’environnement. Les granules de bois, faits de bran de scie comprimé, sont placés dans une trémie (réservoir) située à l’arrière du poêle. L’ouverture à la base de ce réservoir permet aux granules de couler dans une vis sans fin vers la chambre de combustion. La plupart des poêles sont munis de deux moteurs : un qui fait entrer l’air ambiant de la maison et qui redistribue la chaleur, l’autre pour l’évacuation des gaz de combustion à l’extérieur. L’allumage se fait automatiquement, donc plus besoin d’allumettes ou de briquet! Certains modèles sont même offerts avec un thermostat qui permet d’obtenir la chaleur voulue. Le plus gros inconvénient du poêle à granules, c’est qu’il requiert de l’électricité pour faire tourner la vis et les moteurs. Une batterie peut toutefois être branchée sur certains modèles en cas de panne. Les sacs de granules sont vendus en format de 20 ou 40 livres dans les grandes quincailleries. Notez que le foyer à granules ne nécessite pas de cheminée à haute température. Certains modèles peuvent même être installés avec un simple évent dans le mur extérieur.

Le poêle à maïs

Le poêle à maïs fonctionne sous le même principe que le poêle à granules de bois. On dépose le maïs égrené dans une trémie qui l’achemine vers la chambre de combustion à l’aide d’une vis sans fin. Un ventilateur s’occupe de faire circuler la chaleur. On peut régler le débit de la vis, donc la quantité de chaleur. Une cheminée ou un évent, selon le modèle, est nécessaire pour évacuer les gaz d’échappement. Ce type de poêle requiert un entretien quotidien. En effet, comme la chambre de combustion est petite, il faut enlever le mâchefer que produit le maïs en brûlant. Comme le poêle à granules de bois, la vis et les moteurs des ventilateurs fonctionnent à l’électricité.

Il existe une version sans électricité où le maïs est brûlé au fond d’une trémie et où la chaleur se disperse par rayonnement. Très utile en cas de panne de courant, mais ne chauffe guère plus que la pièce où il est installé.

Certains de ces poêles peuvent être modifiés pour s’encastrer dans un foyer déjà existant.

Partager.

Laisser un commentaire