Miser sur la rénovation énergétique pour vendre plus cher son logement

0

Fenêtre bien isolée d'une maison rénovée, prête à être mise en vente

Aujourd’hui, les acheteurs ne sont plus seulement à la recherche de la maison de leur rêve : ils souhaitent également acquérir un logement en accord avec leurs convictions écologiques ! À l’ère des panneaux solaires et des maisons à énergie positive, il semble aberrant aux yeux des acheteurs de devoir payer une trop grosse facture d’électricité.

L’enjeu n’est en effet pas seulement écologique, mais aussi économique ! Pour vendre votre maison, vous devrez présenter son bilan énergétique à vos potentiels acheteurs, et mieux vaut pour vous qu’il soit attrayant. Dans le cas contraire, il est grand temps de songer à effectuer une rénovation énergétique de votre logement, afin de mieux le vendre !

Qu’est-ce que la valeur verte d’un logement ?

Cette fameuse « valeur verte » désigne l’augmentation de valeur que peut connaître un logement grâce à ses performances environnementales. Par exemple, si l’on effectue l’estimation de maisons à Angers situées dans un même quartier, il est tout à fait possible d’observer une forte différence de prix entre deux logements pourtant quasi identiques en termes d’état et de superficie, simplement à cause de leur classe énergétique…

En 2017, une maison ancienne de classe énergie A ou B se vendait en moyenne 6 à 14% plus chère qu’une maison de classe D. (selon notaires.fr)

Ainsi, on peut avoir beaucoup à gagner à effectuer des travaux de rénovation énergétique. Quelques aménagements visant à améliorer l’isolation thermique du logement à vendre ne coutent en effet pas si chers que cela et ont, à terme, un impact extrêmement positif sur l’acheteur – et le prix de vente.

Personne réglant le thermostat d'un chauffage dans une maison bien isolée

Déperdition thermique et facture énergétique

Lorsqu’il est question de rénovation énergétique, on se concentre le plus souvent sur la notion d’isolation thermique. Pourquoi ? Il se trouve que c’est le phénomène de déperdition thermique – de perte de chaleur donc – qui est principalement à l’origine des mauvaises performances énergétiques d’un logement.

L’importance de l’isolation

En effet, on peut posséder les meilleurs radiateurs possible, récents et économiques, si l’isolation est trop vieille, ils chaufferont inutilement, dans le « vide » … Votre logement sera donc constamment traversé de courants d’air et votre facture à la fin du mois ne sera pas bien agréable à regarder – ni payer.

Si des acheteurs sont en quête d’un type de logement bien précis et qu’ils souhaitent par exemple procéder à l’estimation d’un appartement à Rennes, ils voudront négocier le prix d’achat du logement, mais ils ne perdront pas de vue pour autant son coût à venir…

Quand on devient propriétaire, on se lance généralement dans quelques petits travaux pour aménager son nouveau chez-soi à son goût. On prévoit donc un budget à cet effet. En revanche, on est rarement prêt à accepter de payer chaque mois une grosse facture énergie !

L’argument choc de la rénovation énergétique

On parle beaucoup de home staging (bien décorer et aménager son logement pour mieux le vendre) ces dernières années, mais la plupart des acheteurs sont en réalité plus sensibles aux arguments énergétiques et financiers, plutôt qu’esthétiques. Quand on devient propriétaire, on ne voit généralement pas d’inconvénient à repeindre quelques murs ; en revanche, on risque peu d’avoir envie de se lancer dans des travaux d’isolation !

Vous avez donc tout intérêt à faire réaliser vous-même ces travaux avant de mettre votre logement en vente, ce dernier gagnera significativement en valeur.

Bilan DPE énergie maison avant achat

L’impact du DPE sur les acheteurs

Le DPE, ou « Diagnostic de Performance Énergie », a son importance lors de l’estimation de la valeur d’une maison. Il est d’ailleurs obligatoire depuis 2011 d’indiquer ce fameux DPE sur son annonce de vente ou de location immobilière.

Le DPE se compose :

  • D’une étiquette énergie, classant les logements de A (basse consommation) à G (extrêmement énergivore), en fonction de leur consommation annuelle en énergie primaire par m2 (en kWh)
  • D’une étiquette climat, classant les logements de A (peu polluant) à G (très polluant), en fonction de l’émission annuelle de GES (gaz à effet de serre)

Ces deux indicateurs permettent aux acheteurs de comparer et sélectionner efficacement les logements qui leur plaisent. Nombre d’entre eux préfèrent en effet mettre un peu plus le prix au moment de l’achat et faire des économies d’énergie à terme, plutôt que de devoir payer une grosse facture énergie chaque mois…

 

Sources images : Unsplash et GettyImages

Partager.

Laisser un commentaire